Mot-clé - tournée

Fil des billets

Y a pas que de l'eau à Thonon

Encore planant du concert de la veille (nous écoutons d'ailleurs les albums dans l'auto), nous prenons la route en direction de Thonon-les-Bains, essuyons de belles averses de pluie rageuses, puis traversons un paysage bien enneigé[1] : nous sommes en avril, il fait froid, tout va bien.

Sur la route de Thonon

Nous arrivons à trouver la rue et le Chante Coq malgré un GPS récalcitrant qui veut nous faire passer par des rues piétonnes et des sens interdits. Nous sommes accueillis aux petits oignons par Mathilde et nous prenons place sur la (mini) scène près de vinyles des années 70 (notamment) dont certains fleurent bon la liberté des mœurs d'alors…

Mona Kazu mini scène

Le concert est déconcertant, le public est assez bruyant, mais certain·e·s viendront nous voir ensuite pour dire le bien qu'il·elle·s ont pensé de notre musique. Va comprendre. Il semble que ce soit habituel, au grand désarroi de Mathilde et son équipe, qui aimerait faire en sorte qu'il y ait une vraie écoute pour les groupes qu'elle invite à se produire.

concert au Chante Coq

On discute ensuite autour d'un repas, de musique, labels, festivals, lieux pour jouer, on sent la passion, l'échange est enrichissant. On a aussi une pensée pour Foxeagle et Don Aman passés par là il y a quelques mois.

Lights

Nous repartons le lendemain matin après un petit déjeuner incroyable, faisons un petit détour à Yvoire, un joli petit village fort touristique, mais vu le vent glacial, on y rencontre assez peu de monde, à part des groupes d'ados qui ont des défis à relever, dont celui de se faire photographier avec des gens, du coup on y passe, ahah.

Le Léman depuis Yvoire

PS : nous décrétons Thonon ville au tarif de stationnement le plus élevé de la tournée…

Note

[1] Il est tombé près de 20 cm de neige la nuit passée…

Suisse, nous voilà !

24 février : il fait chaud comme au printemps, et même si ça n'est pas normal ça fait du bien. La route est tranquille en direction de Genève. Petite pause au bord du lac du Bourget pour profiter de l'environnement… les avions décollent régulièrement de l'aéroport tout proche, ça n'est pas le calme plat qu'on aurait pu croire.

Arrivée en Suisse, où le pilote qui n'y a jamais conduit est un peu perdu avec les couleurs des panneaux, mais ne se laisse pas distraire pour autant. On retrouve avec une certaine joie le complexe de l'Usine à Genève, où du son sort par les fenêtres, et où le souvenir de grands concerts vus ici (Juno, Lisa Germano) refait surface. Cette ancienne usine abrite aussi le studio des forces motrices, générateur de gros sons depuis des années.

Urgence Disk

Dans la boutique Urgence Disk, on se sent tout de suite bien. Damien accueille avec une grande gentillesse et nous met à l'aise. À l'heure prévue, le public est présent, très attentif et réactif alors qu'on déroule le set. Beaucoup de plaisir à jouer avec un tel retour ! Damien filme en direct sur Facebook. On échange ensuite avec les personnes présentes, cosmopolites, passionnées, du bonheur !

2019: let the tour begins!

Après une mini-résidence quelques jours plus tôt pour caler les sons avec la nouvelle formule à deux, nous voici partis à enchainer 2 dates pour confirmer nos choix et la nouvelle configuration scénique.

Le 23 février donc, un samedi de vacances, on anticipe largement les bouchons sur la route des vacances de ski… et on arrive à Grenoble près d'une heure avant le get-in. Du coup, accueil tranquille, puis petit tour dans un parc non loin de là, à observer les familles qui s'y promènent, et à contempler les montagnes enneigées aux alentours.

Retour au bar de La Belle Électrique où nous nous installons puis balançons… configuration son plutôt minimale, qui confirme dès la 1ère date qu'il est plus simple de tourner en effectif réduit. On profite d'être là pour faire un tour dans la grande salle, c'est imposant.

Photo by Pep

Premier concert qui roule malgré un retour un peu limite (il manque une des 2 enceintes suspendues qui servent de retours, du coup celle qui reste est à la peine). Merci à Pep pour la photo et le reste… :-)