Mot-clé - Foxeagle

Fil des billets - Fil des commentaires

La vie de château

Un moment qu'on veut photographier cet arbre, à chaque fois qu'on passe à côté on se le dit. Cet arbre foudroyé, aux ramures noircies qui domine depuis des années les champs verdoyants aux limites de la Sâone & Loire et de la Nièvre. Il nous en impose par sa prestance et les images gothiques qu'il nous renvoie.

Sur la route de l'ouest, avec arbre photogénique

C'est désormais chose faite, sur la route de l'ouest qui nous mène habituellement en… Bretagne, mais cette fois nous bifurquons en direction d'Ainay-le-Château, gros village un peu perdu dans la campagne entre Bourges, Moulins et Montluçon, où nous jouons ce soir 13 juin avec Foxeagle. Situé en plein centre bourg, le café associatif "Bistrot Culture" est joliment arrangé et bien équipé en son & lumières (et vidéo !).

Bienvenue à Ainay-le-Château Bistrot Culture

Hervé qui nous accueille est un drôle de personnage, plein de bonne humeur, son équipe n'est pas en reste. On apprend qu'outre le Bistrot Culture, ils sont aussi très impliqués dans la vie culturelle et musicale des villages alentours et n'arrêtent pas une seconde.
Il s'occupe du son pour les balances puis les concerts, un collègue gère les lumières qui nous baignent dans une ambiance feutrée à la "Twin Peaks", et malgré un petit problème de retour, le concert se déroule sans encombre…

Foxeagle au Bistrot Culture Mona Kazu au Bistrot Culture

En fin de soirée, nous allons dormir chez Hervé qui habite une maison en lisière de la célèbre forêt de Tronçais. Réveillé le matin par celui-ci, jouant Les lacs du Connemara sur un de ses pianos (parmi une foultitude d'instruments), nous profitons du moment pour découvrir les curiosités que recèlent sa maison et ses alentours, on vous laisse juger ci-dessous[1]

La place de l'organiste Un autre car

Note

[1] L'orgue est fonctionnel…

"Dans un camion"

On ne pouvait pas faire moins que ce petit clin d'œil à Dominique A et une des chansons de son album l'Horizon, pour parler du concert à l'Usine Aillot de Montceau, lieu où au XIXe siècle, on fabriquait des rouleaux compresseurs pour les entreprises de travaux publics. Une association de passionné·e·s a décidé de sauvegarder ce patrimoine unique en le réhabilitant pour en faire un musée du camion ancien.

Nous arrivons assez tôt pour prendre le temps de nous installer : en effet, aujourd'hui on apporte son + lumières. Nous découvrons ce lieu fantastique, avec tous ses camions, dont certains célèbres… Au milieu se trouve une scène (un peu haute) pour les groupes qui viennent jouer. Une fois le matériel installé (dont notre console numérique dont c'est la 1ère sortie), on équilibre les sons, puis on s'occupe de faire de même pour Foxeagle.

Priscille au volant du car Greyhound Franck au volant du Perterbilt

L'accueil y est très chaleureux, François et son équipe sont aux petits soins. On a droit à un repas fabuleux, copieux, fait maison, un régal !

Le bar

Il est temps pour Foxeagle de jouer, le son dans l'usine pour son set est parfait, avec juste ce qu'il faut de réverb, on sent qu'elle prend plaisir à jouer avec les silences, c'est un des plus beaux de ses concerts qu'on a vu sur la tournée jusqu'à présent.

De notre côté, nous attaquons le concert au milieu des lumières customisées par notre ami peintre Luc Bernad. Il avait posé sa ligne à l'aérographe sur plusieurs luminaires pour la tournée de notre 1er album "Other voices in safety places" et c'était l’occasion idéale de les ressortir pour créer notre cocon sur scène. Malgré un set dans lequel on se sent bien, il semble que ça n'accroche pas autant qu'on l'aurait pensé, le son n'étant pas assez fort. Difficile d'être au four et au moulin, de régler le son et de jouer en même temps. Dommage car ce lieu et le moment sont vraiment magiques. Ça demeure un beau souvenir, et l'envie d'y revenir une prochaine fois est grande.

Mona Kazu à l'Usine Aillot Mona Kazu à l'Usine Aillot

Nous profitons de l'après concert avec les amies de Last Disorder pour trainer dans ce lieu fabuleux, rien que nous, les camions, et les rêves d'aventures.

L'équipe de choc dans le Greyhound…

Bât de l'âne, haut en émotions

Après une pause dégustation de viennoiseries locales (voir retour en Suisse), nous poursuivons une route sans encombre jusqu'à St Jean de Trézy, où nous retrouvons avec joie le petit théâtre rempli de l'exposition du moment, la plus grande petite galerie du monde, composée d'œuvres (peintures, photos, etc.) toutes petites.

La plus grande petite galerie du monde

Une fois récupéré et installé tout ce qu'il nous faut pour la technique, les balances sont expédiées, le lieu sonne bien, ça va être bon… La bonne surprise, Cédric, le maître du lieu, nous annonce que c'est complet !

Ambiance au Bât de l'âne avant le concert

Et effectivement, le set de Foxeagle est top ! Quant à nous, après un départ un peu tendu (merde, y a des musiciens dans la salle, tout ça), le son parfait du lieu et l'écoute du public nous portent durant tout le set. On est un peu sur un nuage. De beaux échanges par la suite, une très belle soirée de fin pour ces 4 dates à la suite.

Foxeagle au Bât de l'âne

Retour en Suisse

Le 18 mai, nous partons donc sur les belles routes de Bourgogne-Franche-Comté sous un ciel menaçant, en évitant les autoroutes, nous avons en effet le temps pour rejoindre La Chaux de Fonds à la frontière Suisse. Le passage de celle-ci se fait dans la vallée du Doubs, avec un beau dénivelé des 2 côtés : c'est superbe mais aucune de nos photos n'étant à la hauteur, vous ne pouvez que nous croire sur parole.

Sur la route de La Chaux de Fonds Dans les virages boisés au-dessus de la vallée du Doubs Sur la route de La Chaux de Fonds Le Che bar

Une fois arrivé·e·s, on prend le temps de s'imprégner de l'ambiance suisse… une petite bière et on s'installe. Pour ceux qui suivent, l'adaptateur de prises acheté la veille nous sert : car autant nous n'avions pas du tout anticipé la fois précédente, et, par chance, le lieu en était équipé, autant ici, aucun adaptateur à l'horizon. Installation et balance se passent donc sans encombre une fois qu'on a compris comment tout s'allume et fonctionne. Comme à chaque fois qu'il voit un instrument à cordes, Franck teste un saz (rien à voir avec Zaz, bien entendu, ouf !), et c'est plutôt chouette comme son (bon, pas trop ce qu'il joue, en revanche, il découvre, hein).

Ceci est un saz

C'est alors que survient le relou du jour (de la tournée ?) qui commence à nous tenir la jambe, voire à nous prendre la tête durant un (trop) long moment. Étant un brin fatigué, Franck préfère aller faire un peu de tourisme pour découvrir la ville plutôt que de s'énerver…

Plonk et Replonk La Grande Fontaine de La Chaux de Fonds Un… disquaire

On attaque ensuite les concerts, tout se passe bien, le retour public est cool, ça fait plaisir. On teste les bières locales, dont certaines sont intrigantes tant dans leur intitulé que par les pictos qui figurent sur l'étiquette (ne pas repasser, WTF?).

Une bière BFM à ne pas repasser ?

On échange longuement avec Mahir qui nous accueille, il nous parle de son groupe Denge Dinan dans lequel il joue du… saz et chante, une belle fin de soirée.

Après une nuit confortable dans une sorte d'auberge de jeunesse (si on a bien compris), on reprend la route sous un crachin persistant, et on s'arrête au 1er village rencontré en France (Fournet-Blancheroche) pour prendre un petit-déjeuner. Et là, la révélation : la patte d'ours, viennoiserie fourrée avec une pâte chocolat/noisette, un délice qui accompagné d'un thé / café, nous redonne de la vigueur pour affronter la route jusqu'à Saint-Jean-de-Trézy.

La patte d'ours

T'as voulu voir Vesoul…

Suite des pérégrinations de Foxeagle & Mona Kazu : direction Vesoul où l'on joue ce soir au Café Français. Mais avant de partir, nous faisons un crochet dans une grande surface de bricolage pour acheter un adaptateur de prise de courant France/Suisse, ça pourrait servir plus tard…

Arrivée sous la pluie, mais on ne se laisse pas démonter pour si peu. On s'installe dans la (très belle) cave, on vérifie le matériel sur place… et on passe un certain temps à résoudre tous les problèmes techniques, tant côté câblage (multipaire fatigué) que console (01V très fatiguée) ; on se félicite aussi d'avoir pris du complément de XLR et de DI. Après la balance, l'ex-technicien du spectacle (aka Franck) commence aussi à fatiguer. Pour nous requinquer, on profite d'un excellent repas préparé par la maman du taulier.

Vu de la "scène"

Les dates cumulées font effet, les repères sur les morceaux sont pris et l'on se détache du côté technique pour se concentrer sur le plaisir de l'interprétation.

Après le concert, on échange avec Nico du groupe Membrane qui est basé sur Vesoul, ça fait plaisir de se recroiser[1] !

Une équipe qui gagne !

Note

[1] Il y a quelques années, il m'avait accueilli techniquement au théâtre de la ville pour une représentation de théâtre pour enfants. On avait discuté musique, déjà.

- page 1 de 2