Blog

Ici, on raconte plein de choses, que ce soient nos coups de cœur, nos pérégrinations de tournée, nos enregistrements, et plus si affinités.

Un concert au bout du monde (presque)

Samedi 15 juin. Le temps redevient clément, et nous nous dirigeons vers le bout du monde… Pour les ancêtres habitant ces lieux, ce cirque avec ses hautes falaises de calcaire et sa cascade ressemblait sans doute à un cul-de-sac infranchissable. Bref, nous sommes en Côte d'Or, non loin de Beaune. Nous étions déjà passé au P'tiot Bistrot pour le vernissage d'une chouette expo de Joe Vitterbo, nous sommes heureux d'y revenir pour jouer dans un bel environnement puisqu'une expo des créations poétiques de l'artiste Angèle Charbouillot est installée dans la salle.

Après une balance précise pour nous adapter au système son du lieu, nous nous retrouvons autour d'une grande table avec les bénévoles du lieu, grand moment de convivialité, et aussi de retrouvailles puisque Franck croise Fred et Francis, 2 musiciens de feu-Real To Real, groupe new-wave / indus (oserais-je dire en avance sur son temps ?) qui sévissait au milieu des années 90. Ils avaient sorti leur disque sur le label Nova Express du terrrrible et regretté Kaiser…

Arrive le moment de jouer, détendus (mais pas trop quand même), nous déroulons le set avec un retour public qui s'accentue au fil des morceaux et nous donne de l'énergie.

Après le concert, nous échangeons avec le public bien sûr, et Franck retrouve (encore !) une connaissance qu'il n'avait pas croisé depuis… 29 ans (ouch) ! Il l'avait rencontrée alors qu'il faisait les vendanges pour se payer son 1er instrument électrique (une basse + ampli).

C'est décidément une soirée qui marquera.

Mona Kazu au P'tiot Bistrot Mona Kazu au P'tiot Bistrot Mona Kazu au P'tiot Bistrot

Sur la route du retour, sous une belle lune quasi pleine, nous avons croisé par ordre d'apparition : un lapin, des chats, une fouine (enfin un truc comme ça), un renard, et pour finir, un chevreuil affolé que nous avons suivi sur plusieurs dizaines de mètres, comme en témoigne la vidéo ci-dessous.

La lune

Saint Étienne, 2e rendez-vous

Après un petit crochet par Ainay-le-Château pour un petit déjeuner sympa au Bistrot Culture, nous prenons la direction de Saint-Étienne. On en profite pour traverser la Forêt de Tronçais…

La forêt de Tronçais from the inside

Nous poursuivons la route jusqu'à la pause repas au centre ville de Saint Pourçain sur Sioule, après avoir traversé le vignoble du même nom, dont ils semblent assez fiers dans le coin.

Saint Pourçain sur Sioule, son vignoble, tout ça Saint Pourçain sur Sioule, son beffroi

Nous prenons la direction de Saint Germain Laval pour déposer Émilie au café asso Le Cheval Blanc, et traversons des paysages sous les nuages, parfois dans les nuages même. On prend le temps de s'arrêter au lac de Villerest, mais une averse nous fait repartir rapidement.

Sur la route… Lac de Villerest

Nous profitons de passer dans le coin pour rendre visite à Dominique, un ami de longue date que je n'avais pas revu depuis des lustres. Nous le retrouvons dans son bar tabac à Sail-sous-Couzan, ça fait tellement plaisir de se revoir après toutes ces années et d'échanger des nouvelles. Les tournées musicales ont la vertu de nous mener vers les amis perdus de vue.

Nous repartons gonflé à bloc en direction de Saint Étienne pour jouer au café associatif le Remue-Méninges. Nous arrivons en fin d'après-midi, rien n'a été préparé pour nous accueillir, alors nous prenons les choses en main, déplaçons quelques tables et chaises sur la petite scène pour poser notre matériel, montons et câblons la sono. Il faut savoir être polyvalent quand on est artiste en tournée ! Nous réglons notre son, puis prenons une collation végan préparée par le lieu.
Nous avons la plus qu'agréable surprise de voir surgir notre ami Jean-Louis d'Imagho, juste avant le démarrage du concert ! Le cachotier ne nous avait pas prévenu de sa présence ce soir-là et cela nous réchauffe le cœur !
L'ambiance est détendue, le set roule, et les retours par la suite nous confirment que la formule duo et les évolutions sonores trouvent un écho dans le public.

Place with a view Mona Kazu by JL

Bien que devant rester à Saint-Étienne pour la nuit, on décide finalement de pousser jusqu'à Lyon pour dormir et passer un peu de temps chez JL le lendemain matin.

La vie de château

Un moment qu'on veut photographier cet arbre, à chaque fois qu'on passe à côté on se le dit. Cet arbre foudroyé, aux ramures noircies qui domine depuis des années les champs verdoyants aux limites de la Saône & Loire et de la Nièvre. Il nous en impose par sa prestance et les images gothiques qu'il nous renvoie.

Sur la route de l'ouest, avec arbre photogénique

C'est désormais chose faite, sur la route de l'ouest qui nous mène habituellement en… Bretagne, mais cette fois nous bifurquons en direction d'Ainay-le-Château, gros village un peu perdu dans la campagne entre Bourges, Moulins et Montluçon, où nous jouons ce soir 13 juin avec Foxeagle. Situé en plein centre bourg, le café associatif "Bistrot Culture" est joliment arrangé et bien équipé en son & lumières (et vidéo !).

Bienvenue à Ainay-le-Château Bistrot Culture

Hervé qui nous accueille est un drôle de personnage, plein de bonne humeur, son équipe n'est pas en reste. On apprend qu'outre le Bistrot Culture, ils sont aussi très impliqués dans la vie culturelle et musicale des villages alentours et n'arrêtent pas une seconde.
Il s'occupe du son pour les balances puis les concerts, un collègue gère les lumières qui nous baignent dans une ambiance feutrée à la "Twin Peaks", et malgré un petit problème de retour, le concert se déroule sans encombre…

Foxeagle au Bistrot Culture Mona Kazu au Bistrot Culture

En fin de soirée, nous allons dormir chez Hervé qui habite une maison en lisière de la célèbre forêt de Tronçais. Réveillé le matin par celui-ci, jouant Les lacs du Connemara sur un de ses pianos (parmi une foultitude d'instruments), nous profitons du moment pour découvrir les curiosités que recèlent sa maison et ses alentours, on vous laisse juger ci-dessous[1]

La place de l'organiste Un autre car

Note

[1] L'orgue est fonctionnel…

"Dans un camion"

On ne pouvait pas faire moins que ce petit clin d'œil à Dominique A et une des chansons de son album l'Horizon, pour parler du concert à l'Usine Aillot de Montceau, lieu où au XIXe siècle, on fabriquait des rouleaux compresseurs pour les entreprises de travaux publics. Une association de passionné·e·s a décidé de sauvegarder ce patrimoine unique en le réhabilitant pour en faire un musée du camion ancien.

Nous arrivons assez tôt pour prendre le temps de nous installer : en effet, aujourd'hui on apporte son + lumières. Nous découvrons ce lieu fantastique, avec tous ses camions, dont certains célèbres… Au milieu se trouve une scène (un peu haute) pour les groupes qui viennent jouer. Une fois le matériel installé (dont notre console numérique dont c'est la 1ère sortie), on équilibre les sons, puis on s'occupe de faire de même pour Foxeagle.

Priscille au volant du car Greyhound Franck au volant du Perterbilt

L'accueil y est très chaleureux, François et son équipe sont aux petits soins. On a droit à un repas fabuleux, copieux, fait maison, un régal !

Le bar

Il est temps pour Foxeagle de jouer, le son dans l'usine pour son set est parfait, avec juste ce qu'il faut de réverb, on sent qu'elle prend plaisir à jouer avec les silences, c'est un des plus beaux de ses concerts qu'on a vu sur la tournée jusqu'à présent.

De notre côté, nous attaquons le concert au milieu des lumières customisées par notre ami peintre Luc Bernad. Il avait posé sa ligne à l'aérographe sur plusieurs luminaires pour la tournée de notre 1er album "Other voices in safety places" et c'était l’occasion idéale de les ressortir pour créer notre cocon sur scène. Malgré un set dans lequel on se sent bien, il semble que ça n'accroche pas autant qu'on l'aurait pensé, le son n'étant pas assez fort. Difficile d'être au four et au moulin, de régler le son et de jouer en même temps. Dommage car ce lieu et le moment sont vraiment magiques. Ça demeure un beau souvenir, et l'envie d'y revenir une prochaine fois est grande.

Mona Kazu à l'Usine Aillot Mona Kazu à l'Usine Aillot

Nous profitons de l'après concert avec les amies de Last Disorder pour trainer dans ce lieu fabuleux, rien que nous, les camions, et les rêves d'aventures.

L'équipe de choc dans le Greyhound…

3 zigotos à Troyes

Ne reculant devant aucun jeu de mots pourri, nous voici donc, Émilie, Priscille et Franck en route vers Troyes… Nous croisons des nonnes en goguette, et de beaux paysages qui traversent la route sans faire trop attention… nous, on ne loupe rien.

Sur la route de Langres

Attention, traversée de nonnes

On arrive à Troyes en faisant les andouilles, mais redevenons sérieux en s'installant au Message, très chouette lieu mêlant disquaire et bar, avec une programmation soutenue.

Boire, écouter, découvrir Coucou c'est nous ! Des disques <3 Le programme du mois

Une fois la balance faite, nous profitons de quelques instants pour aller faire un tour dans la vieille ville, c'est joli. On en profite pour grignoter un peu, on se sent un peu faible, et le repas du soir sera servi tard aujourd'hui.

Visite express de la ville Des vieilles pierres…

Retour aux affaires, les concerts se déroulent dans une ambiance attentive, au milieu des disques, on est même filmé en direct (merci Rachel2Troyes !), c'est bien cool !

Foxeagle Mona Kazu @ The Message

On discute après, et évidemment, on repart avec quelques disques : le dernier Michel Cloup et le premier Protomartyr (venant d'être réédité).

Le soir, nous sommes royalement accueillis par Gaetan & Audrey qui tiennent un gîte particulier puisque dédié aux musiciens. Ça s'appelle le Rock'n home, et on s'y sent plus que bien : les repas sont végétariens et succulents, les chambres très confortables. On discute un moment avec nos hôtes sur la musique (ils ont beaucoup tourné auparavant), les évolutions à venir du lieu (studio d'enregistrement), les groupes qu'ils ont déjà accueillis… avant d'aller se coucher.

- page 2 de 5 -